jeudi 18 mars 2010

GEORGES ADAMSKI ET LES EXTRATERRESTRES

George Adamski (1891-1965), ufologue américain.

Pour connaître le sujet extraterrestre est important étudier les investigateurs qui ont étudié cette thématique. Le premier et un de plus importants est sans aucun doute George Adamski
. Un détail très curieux est quand Adamski explique le phénomène des "lucioles" qu'il a vu pendant son voyage jusqu'au vaisseau-mère. Cela est une preuve que Adamski ne mentait pas, parce que celui-ci a été le premier à l'expliquer huit ans auparavant que l'astronaute colonel Glenn. Une autre donnée très importante est l'avertissement de ces hommes du ciel en 1953 sur les dangers qui nous menacent et qu'actuellement on peut voir d'une manière très évidente à cause de cette crise provoquée qui nous emmène vers la Troisième Guerre mondiale ou le changement climatique provoqué par la planète Hercolubus (Planète X) ou Planète rouge.

Adaptation d'un texte de Jacques Lob, dans Le dossier des soucoupes volantes


Adamski vendait des hamburgers et du coca-cola sur la route qui mène à l'observatoire du Mont Palomar, en Californie.

Il se disait aussi philosophe et ses disciples l'appelaient "professeur". L'un de ceux-ci lui offrit un télescope portatif sur lequel on peut adapter un appareil photographique. Ainsi, à quelques lieues du plus grand télescope du monde, l'observation du ciel et la photo télescopique devinrent les occupations favorites de George Adamski.

C'est par une nuit d'octobre, en 1946, alors qu'il observait une pluie de météores, qu'il aperçut pour la première fois dans le ciel un objet insolite "ressemblant à un gigantesque dirigeable".



Vaisseau-mère de type cigare photographié par George Adamski le 5 mars 1951 à Palomar Gardens (Californie) à l'aide de son télescope, alors qu'il vient de larguer cinq soucoupes-navettes dans l'espace.

Au cours des années suivantes, il photographie d'autres objets mystérieux et commence à donner des conférences sur ce qu'il appelle déjà des "vaisseaux de l'espace". Puis, c'est la "mémorable journée du 20 novembre 1952". Ce jour-là, Adamski est allé pique-niquer dans le désert avec des amis lorsque tout à coup..., volant haut et sans bruit, un gigantesque vaisseau argenté en forme de cigare passe au-dessus d'eux, lentement...

Adamski ressent alors une impression étrange... L'intuition que cette apparition n'est pas due au hasard et que "quelque chose" va se produire... Il s'écarte de ses compagnons, tandis que l'astronef poursuit sa course lente, s'éloigne et disparaît.

Mais quelques minutes plus tard, Adamski aperçoit un autre appareil, différent du premier, qui semble se poser derrière une crête montagneuse à quelques centaines de mètres de là.

L'appareil n'est plus visible, caché par la montagne. Mais, peu après, un homme apparaît qui fait signe à Adamski d'approcher.

"Comme j'approchai, je remarquai ses cheveux longs, tombant jusqu'à ses épaules. Sa beauté dépassait tout ce que j'avais pu voir. Il émanait de lui une compréhension et une gentillesse infinies... Je réalisai alors seulement que j'étais en présence d'un homme de l'espace, un être humain venu d'un autre monde !"

"D'où venez-vous ?", lui demande Adamski.

Comme l'inconnu ne semble pas saisir la question qui lui est posée, Adamski désigne le soleil et trace les orbites des planètes gravitant au tour de l'astre solaire. L'homme, cette fois, paraît comprendre et, par gestes également, répond qu'il vient de...

"Venus !"

Puis il fait signe à Adamski de le suivre sur l'autre versant de la colline, stationnant près du sol, se tient "un magnifique petit appareil" qui semble fait d'un petit métal translucide.

L'homme de l'espace fait ensuite comprendre à Adamski que cet engin a été amené dans l'atmosphère terrestre par un astronef plus grand (celui qui a traversé le ciel quelques minutes auparavant) : un "vaisseau-mère" comparable à nos porte-avions.

Les soucoupes volantes ne proviennent pas toutes de Venus... L'homme aux longs cheveux blonds révèle à Adamski que les voyages spatiaux sont couramment pratiqués par d'autres civilisations planétaires de notre système solaire et d'ailleurs..., des planètes peuplées d'êtres semblables à nous...

"Des êtres semblables à nous !", s'exclame Adamski. "Ces hommes, est-ce qu'ils meurent comme nous ?", lui demande Adamski.

L'étranger fait alors comprendre que son corps disparaîtra, mais que son esprit continuera à se développer dans un autre corps et il indique que lui-même, autrefois, a vécu sur la Terre.

L'entrevue touche maintenant à sa fin. Adamski veut photographier son ami d'outre-espace, mais celui-ci refuse et réclame le chargeur de l'appareil. Il ne permet pas non plus à Adamski de monter à bord de la soucoupe.

Après un dernier geste..., l'inconnu aux longs cheveux blonds regagne le petit astronef qui aussitôt s'élève et disparaît dans les cieux.

"George ! Qui est-ce ?", lui demande un de ses amis qui vienne d'arriver avec une voiture. "Nous avons vu la soucoupe et l'homme avec qui vous conversiez !", s'exclame un autre ami. "C'était un extraterrestre ?", lui demande à nouveau.

George était absorbé dans la contemplation de deux empreintes de pas, comportant d'étranges dessins...

Empreintes des chaussures d'Orthon, l'ami vénusien d'Adamski.

Mais Adamski devait revoir l'astronef de son ami vénusien... Le matin du 13-12-1952, la soucoupe vint survoler sa demeure. Le chargeur contenant la pellicule qui lui avait été confisquée lui fut retourné par la voie des airs. L'une des photos prises avait été effacée et remplacée par des signes énigmatiques...

Après cela, George Adamski écrivit un livre :
Les soucoupes volantes ont atterri
. L'ouvrage devint un best-seller et fut traduit dans 18 pays ! Encouragé par ce succès, Adamski publia un second livre contant de nouvelles aventures avec les extraterrestres.

C'est par un soir de
février 1953
qu'Adamski fait la connaissance d'un martien du nom de Firkon et d'un saturnien nommé Ramu. Avec eux, il retrouve son bel ami vénusien dont le nom est Orthon. Cette fois, notre héros est enfin convié à effectuer un voyage en soucoupe volante !

Navette spatiale à bord de laquelle Adamski embarqua pour son voyage spatial.

Ainsi, huit années avant Gagarine, George Adamski se libère de l'attraction terrestre et contemple d'en haut un émouvant et somptueux spectacle...


Un détail curieux : au cours de son voyage dans l'espace, Adamski décrit un phénomène bizarre... Une multitude de particules lumineuses papillonnant autour de l'astronef... " comme de milliards de lucioles..." En 1961, à bord d'une capsule Mercury, le colonel Glenn observe et décrit un phénomène identique... "comme si l'appareil traversait une nuée de lucioles..."

Adamski atteint le terme de son voyage : un gigantesque "vaisseau-mère" abritant en ses flancs toute une escadre de soucoupes de reconnaissance.

Après avoir quitté la soucoupe à bord de laquelle il est arrivé, Adamski est accueilli par deux "spacewomen" d'une extraordinaire beauté. L'une de ces charmantes personnes fait gentiment la bise à notre ambassadeur terrestre.

Le visiteur est invité à s'asseoir et un verre d'eau fraîche et pure lui est servi machinalement, Adamski sort de sa poche un paquet de cigarettes...

"Vous pouvez fumer si vous le désirez, mais, voyez-vous, les terriens sont les seuls à s'adonner à cette curieuse habitude !", dit une des femmes "spacewomen".

Un peu plus tard, Adamski est mis en présence d'un nouveau personnage appelé respectueusement le "grand instructeur". Il s'adresse au terrien par télépathie et lui tient à peu près ce langage :

"Mon fils, notre but en vous faisant venir ici est de vous
avertir du grand danger qui menace aujourd'hui les hommes de la Terre
..."

"Sur notre planète et sur d'autres mondes, l'homme s'est développé intellectuellement et socialement jusqu'à un point encore inconcevable pour votre peuple. Ce développement s'est accompli par le respect de grandes lois naturelles, les lois de la toute suprême intelligence qui gouverne le temps et l'espace."

"Votre compréhension de la vie et de l'univers est limitée. Mais les hommes des autres mondes ne sont pas fondamentalement différents de vous. Le but de la vie est partout le même : accéder à quelque chose de supérieur. Nous voudrions vous faire partager nos connaissances et notre puissance..."

"Mais il vous faut d'abord apprendre à vivre dans la paix et la fraternité, les terriens doivent désormais faire un choix : accepter l'enseignement que nous voulons répandre à travers ceux, comme vous, que nous avons choisis... ou bien rester sourds à nos appels et se détruire en des guerres fratricides..."

"Les radiations atomiques stériliseront votre sol, empoisonneront l'eau et l'atmosphère, compromettront la vie pour de nombreuses générations ! Une telle guerre mutilerait votre planète et risquerait de détruire l'équilibre de la galaxie tout entière !"

"Peut-être n'est-il pas trop tard, mon fils. Mais le temps presse ! Ajoutez votre voix à celles des autres qui porteront aussi ce message d'espoir !"

Revenu sur terre, le nouveau prophète Adamski s'en va de par le monde, prêchant son message de paix universelle. Acclamé par les uns, chahuté par les autres, il parcourt les États-Unis et l'Europe avec une foi tranquille et un aplomb inébranlable...

Telle est l'histoire de George Adamski, charlatan, rêveur et faux prophète... ou bien peut-être, comme l'ont suggéré certains, a-t-il vu réellement "quelque chose"... et son imagination mystique a fait le reste...

Il quitta notre monde définitivement, cette fois, le 23 avril 1965. Mais sa légende demeure... Il repose au cimetière d'Arlington où sont enterrés John Fitzgerald Kennedy et les grands hommes d'Amérique...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire